Thème 4 : A. de Tocqueville - Egalisation des conditions et démocratie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Thème 4 : A. de Tocqueville - Egalisation des conditions et démocratie.

Message  Admin le Mar 1 Mar - 8:25

Pour Tocqueville, la démocratie abrite ses propres dangers.

I) Biographie et démarche.

A) Biographie : 1805-1859


Issu d’une famille de vielle noblesse normande, licencié en droit, en 1832 : part aux Etats-Unis pour y étudier le système pénitentiaire, devient en 1839 député de la Manche, jusqu’en 1851. Partisan de l’élection du président de la République au suffrage universel, opposé au coup d’Etat du 2 décembre 1851.
Ouvrages : De la démocratie en Amérique – 1835 et 1840 ; L’Ancien Régime et la Révolution - 1856

B) Démarche.

1) Méthode de recherche comparative et idéal typique (notion de Weber).


Tocqueville définit la démocratie comme un type idéal. Il en grossit certains traits de caractères.
« J’avoue que dans l’Amérique, j’ai vu plus que l’Amérique, j’y ai cherché une image de la démocratie elle-même. »
La démocratie ne se voit qu’aux Etats-Unis à son époque.
Il va comparer la société aristocratique à la société démocratique.

2) Objectifs de Tocqueville.

Il cherche aux Etats-Unis une réponse à la grande question de son époque : Qu’est ce qu’une démocratie, et surtout, comment arrive t’elle ? Comment dure-t-elle ?
Il se demande comme la démocratie est elle possible dans un grand Etat sans choc révolutionnaire et de manière stable.

II) Découvertes

A) Qu’est ce que la démocratie ?


Comment Tocqueville définit-il la démocratie ? La société démocratique repose sur l’égalité des conditions (une égalité qui n’empêche pas l’existence d’inégalités et qui repose sur quatre dimensions.)
La définition de la démocratie de Tocqueville est sociale, elle est un état social plus qu’un régime politique.
C’est un Etat où il y a l’égalité des conditions.
Dans une démocratie, il y a maintien de certaines formes d’inégalités.
Cette égalité est à la fois un fait et un sentiment.
Un fait est quelque chose que l’on peut observer, un sentiment est ce qui est perçu par les individus.

1) Egalité des conditions en tant que fait.

a) Egalité des droits


Il s’agit de l’égalité des droits civils (liberté d’opinion, liberté de conscience, présomption d’innocence, liberté d’expression, le droit à la défense.)
L’égalité des droits politiques (droit de vote, droit de se présenter.)
L’égalité des droits sociaux (droit à la santé, à l’éducation, au travail, au logement.)

b) Mobilité sociale

L’égalité des chances entraine la mobilité sociale.
L’égalité des chances permet de mettre fin à l’hérédité sociale, c'est-à-dire que tout les hommes quelques soient leur position sociale d’origine sont susceptibles d’occuper les positions sociales souhaitées et toutes les positions sociales acquises peuvent être réversible.
Il n’y a plus de « race de pauvre » ni de « race de riche ».
Ce qui veut dire que les fils de pauvres ne seront pas forcément riches, et les fils de riches ne sont pas forcément pauvres.
« Chacun ne tire sa force que de lui-même. »

2) Egalité des conditions en tant que sentiment.

a) Esprit d’égalité.


Esprit d’égalité, égalité imaginaire, sentiment d’égalité, ils se perçoivent les uns et les autres comme égaux entre eux.
Le serviteur et le maitre : Le serviteur sait qu’il doit obéissance à son patron, mais cette obéissance est inscrite dans un contrat, ce qui permet au serviteur de se percevoir comme l’égal de ce maitre en dehors de ce contrat. C’est un accord momentané et libre de leurs deux volontés.
« Il n’y a pas plus de perpétuité dans le commandement que dans l’obéissance. »

b) Egalité des rapports sociaux.

Les rapports entre les citoyens sont fondés sur l’égalité, cad l’égalité entre les hommes.
Cette égalité est inscrite dans le statut de citoyen.
La démocratie est un état social, fondé sur l’égalité des droits, des chances, l’égalité imaginaire et les rapports sociaux.



B) Le processus d’égalisation des conditions.

Egalité des conditions est une finalité, c’est statique.
Tandis que l’égalisation est un processus long, un mouvement pluriséculaire.
L’égalisation des conditions est un mouvement « Le plus continu, le plus ancien et le plus permanent que l’on connaisse dans l’histoire. »
Dans une démocratie, il y a en continue un processus de réduction des inégalités.

Décrire le processus d’égalisation des conditions en tant que mouvement « le plus continue, le plus ancien et le plus permanent que l’on connaisse dans l’histoire. »

1) Egalisation des conditions.

Les différentes dimensions de l’égalité se renforcent mutuellement au fur et à mesure de l’égalisation des conditions

a) L’égalisation des niveaux de vie.

La mobilité sociale en France aujourd’hui n’a jamais été aussi forte. On peut observer dans la société actuelle française un processus de moyennisation.
Pour Tocqueville, les pauvres représentent une petite partie de la population qui n’est pas immobile.
Les riches sont pareils.
« Tout les individus y sont égaux en lumière et en biens » (Egalisation des niveaux de vie se fait au niveau de l’égalité des biens.)
Les pauvres et les riches sont minorités, et entre les deux se trouve « une multitude innombrable d’hommes presque pareils. »


b) L’égalisation de l’intelligence.

L’intelligence pour Tocqueville c’est le niveau d’étude. Pour lui les individus dans une démocratie sont aussi égaux en lumière.
Les savants et les ignorants sont minorités, et entre les deux se trouve « une multitude innombrable d’hommes presque pareils. »
Niveau d’instruction primaire est a la portée de tous car l’école est gratuite et obligatoire.


c) Mobilité sociale croissante.

Cette égalisation des intelligences renforce cette mobilité sociale.
L’élévation du niveau moyen d’instruction renforce l’égalité des chances d’accéder aux positions sociales souhaitées.
L’accès à l’éducation permet de surmonter les inégalités naturelles et renforce la mobilité sociale.
La nature ne nous fait pas tous pareil, mais la démocratie permet à tous de s’en sortir par l’étude.
Les positions sociales reflètent le travail, et pas forcément les capacités innées.

2) Société démocratique contre société aristocratique.

Aristocratique Démocratique
Hérédité sociale
Inégalités inscrites dans le droit.
Privilèges – Les 3 ordres.
Mobilité sociale
Méritocratie
Egalité des conditions
Inégalités « invisibles » de faits
Pour Tocqueville, l’égalité des conditions est la première chose qui caractérise une démocratie, et la seconde est l’égalisation des conditions qui est un processus qui se déroule au sein de la démocratie.

C) Quels sont les dangers au cœur des démocraties ?

Montrer comment l’égalité des conditions abrite des effets pervers qui peuvent conduire à l’avènement du despotisme démocratique. Comment y remédier ?
La démocratie abrite en son sein un mouvement continu de réduction des inégalités, et c’est ce processus la qui menace la démocratie.

Despotisme démocratique (despotisme doux)

1) L’égalitarisme : « Passion dépravée pour l’égalité »

L’égalitarisme repose sur un gout dépravé pour l’égalité.
Le gout pour l’égalité pousse les faibles à vouloir ramener les forts à leurs niveaux.
L’égalisation des conditions renforce le désir pour l’égalité.
Lorsque l’inégalité est la norme, les inégalités restantes sont perçus comme insupportables, ce qui augmente l’envie de l’égalité.

(Voir doc 8 p 428)

2) Le matérialisme : « Passion du bien être matériel »

Le matérialisme c’est le désir d’acquérir ou de préserver le plus grand confort matériel possible
Egalité des chances => Mobilité sociale.
Le désir d’acquérir ou de préserver le bien être matériel occupe les esprits dans une société démocratique.
Le confort matériel > Chose publique.

Doc 7 p 427
1) Ce que Tocqueville appelle la tyrannie de la majorité, c’est quand la majorité décide de ne plus prendre en compte les réactions d’une minorité, ce qui fait que la minorité est ainsi soumise au pouvoir de la majorité qui fera les lois et sera en mesure de les appliquer, on peut donner comme exemple :
-Les afro-américains en Amérique du Nord, où la majorité était blanche.

2) La tyrannie de la majorité est une dérive possible de la démocratie car la démocratie veut amener à l’égalité (égalitarisme), pour les hommes, l’égalité c’est en quelque sorte la ressemblance de tous, donc tous les gens se ressemblant et étant en plus grand nombre seront la majorité, les autres ayant des différences seront une minorité et les différences étant perçus comme des inégalités, la majorité tentera une tyrannie de la majorité.

Doc 8 p427

1) Pour Tocqueville, être égoïste c’est aimer de manière trop importante sa propre personne, ce qui fait que la personne va se trouver préférable à tout et trouver que tout passe par lui.
L’individualisme est un éloignement de la société/des pairs afin de ne plus voir que sa famille et quelques amis, afin de prendre exemple sur la grande société humaine pour former une petite communauté plus restreinte.
Ces deux notions peuvent tendre à se rejoindre mais ne sont pas synonyme au départ

2) L’individualisme progresse dans les sociétés démocratiques car l’égalisation des conditions amènent un groupe d’individus qui peuvent et décident de se suffire à eux même car ils ne doivent ni n’attendent rien de personne et qu’ils ne sont donc pas forcément astreint à rester dans la grande société.

3) Le dernier paragraphe du texte explique que la démocratie permet d’amener a un individualisme qui fait que les hommes s’isolent ainsi de leurs pairs/leurs contemporains. Mais les enfants de ces individualistes décideront aussi surement de se créer une petite société à part avec l’individualisme ce qui fait que le premier individualiste se sera séparé de ses ancêtres en fondant sa petite société, et que ses descendants décideront surement aussi de la faire.

4) Dans les sociétés occidentales moderne, les crainte de Tocqueville d’une dégénérescence de la démocratie en tyrannie de la majorité ne sont pas vérifiés, la démocratie est faite par tout le monde, et aucune minorité n’a à subir un écrasement par la majorité.

3) L’individualisme.

Sentiment réfléchi qui correspond au repli sur la sphère privée (famille, amis).

IndividualismeEgoïsme
-Réfléchi
-Origine démocratique
-Sentiment réfléchi/paisible
-Jugement erroné.
-Petite société.
-Instinctif aveugle
-Ancien (toutes les sociétés)
-Amour passionné de soi-même.
-Sentiment dépravé
-Juste soi.

Dans l’idée de Tocqueville, l’ascension sociale ne dépend que de soi. Les individus ne doivent leurs réussites sociales qu’à eux même.
Tocqueville nous dit que ces personnes n’attendent rien de personne, et qu’ils se replient donc sur la sphère privée.
Plus les conditions s’égalisent, plus il y a hausse de la mobilité sociale.
« La démocratie fait oublier à chaque homme ses aïeux. »
L’individualisme conduit au désintérêt de la chose publique. Chaque individu devient un élément autonome.

4) La tendance au conformisme et la tyrannie de la majorité.

Le conformisme c’est le rejet de la différence car toute différence est perçue comme une inégalité.
Conformisme = Soumission des individus à l’opinion publique, aux normes sociales d’une société.
Ainsi 55% des français interrogés pensent qu’il y a trop de grèves en France.
Le conformisme c’est penser comme tout le monde. => Tyrannie de la majorité.
Egalite => Conformisme
Car l’égalité amène naturellement la soumission au plus grand nombre.
L’opinion publique sert de guide aux individus d’après Tocqueville.
L’opinion publique devient un tyran donc les minorités ont forcément tort.

La tyrannie de la majorité c’est la capacité qu’a la majorité dans les sociétés démocratiques à imposer ses idées, ses façons de vivre à un individu qui renonce alors à exercer son économie.
L’opinion commune a chez les peuples démocratiques une puissance infiniment plus grande que dans nulle autre. Les intérêts de la minorité ne sont pas défendue, et parfois cette minorité est opprimée, et cette oppression est exercée au nom de la démocratie.

5) Le despotisme démocratique.

Définition : Appareil politique absolu, détaillé, prévoyant et doux, qui sous le couvert du règne de la volonté populaire bannit toute liberté.
Qui contrôle donc toute la sphère politique et vote les lois.
Si la majorité impose ses pensées, on a plus notre liberté d’expression.
Despotisme démocratique promet l’égalité et le confort.
L’égalité isole et affaiblit les hommes en les conduisant au gout du bien-être (matérialisme) et au repli sur soi (individualisme) , au désintérêt pour la chose publique, à la soumission aveugle à l’opinion majoritaire (conformisme et tyrannie de la majorité) et donc l’égalité laisse les mains libres au despotisme démocratique.

6) Les remèdes : rendre compatibles l’idéal d’égalité et la liberté = démocratie libérale.

Pour Tocqueville, il existe des solutions pour échapper à ce genre de chose qui vont amener au despotisme démocratique.
Tocqueville dit qu’on peut jouer sur l’intérêt pour la chose publique avec les associations (démocratie participative).
L’association est un des remèdes pour restaurer l’intérêt de la chose publique.
La décentralisation c’est lorsque l’Etat abandonne une partie du pouvoir central aux collectivités locales, restaurer l’intérêt pour la chose publique en ramenant cette chose publique au plus près des individus.
La liberté de la presse restaure la liberté d’expression, moyen de lutte contre la tyrannie de la majorité.

III) Les prolongements contemporains.

1) Montée de l’abstentionnisme et tendance du repli sur la sphère privée aujourd'hui.


L’abstentionnisme confirme l’individualisme de Tocqueville, mais on peut expliquer aussi l’abstentionnisme par une autre raison sociologique car l’abstentionnisme révèle l’exclusion de catégorie d’individus mal insérée dans la société, l’exclusion de la sphère politique.
Intériorisation d’une incompétence politique.
L’abstentionnisme peut aussi être considéré comme un vote de protestation.

2) Poids de l’opinion publique.

3) La professionnalisation de la représentation politique.


Il n’y a pas d’études pour faire hommes politiques, homme politique n’est pas un métier, tout les hommes politiques ont un métier à part.
Le désintérêt pour la chose publique transforme cette chose publique en chose trop technique pour que les amateurs (au sens noble du terme) puissent y accéder.
Donc elle devient réservée à des professionnels.

Admin
Admin

Messages: 62
Date d'inscription: 28/02/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://cours-tes.forum-gratuit.net

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum